Translate

vendredi 1 avril 2016

L'intrigant château de Maulnes

par Didier Coilhac 
Le château de Maulnes.    
 Le petit château de Maulnes a été construit dans la seconde moitié du XVIème siècle, donc dans la foulée du château de Chambord. Cette étrange résidence ne fut pas conçue pour devenir une demeure permanente; elle est plutôt comme un symbole posé en pleine campagne. Maulnes fut donc peu habité et laissé à l'abandon; il est actuellement en cours de restauration.

Le château de Maulnes présente 3 caractéristiques éminemment étranges :

 1. Il est le seul château de France a arborer une forme pentagonale.

2. Il est bâti sur des sources.

3. L'escalier principal se trouve au centre du plan.   
Structure du château de Maulnes.
   Ce dernier point est inspiré du château de Chambord où le grand escalier à double révolution est effectivement au centre du donjon.

(Dessin de l'Institut d'Histoire de l'Architecture d'Aix-la-Chapelle).

Les commanditaires de la construction, Antoine de Crussol et Louise de Clermont, sont les descendants de familles de pouvoir, dans leurs territoires respectifs, mais influents aussi à la Cour. Le grand-père d'Antoine de Crussol fut Lieutenant général du Roi et Gouverneur du Dauphiné. Les deux époux sont très proches de Catherine de Médicis, Reine de France et régente de François II, régente également pendant la minorité de Charles IX. 
Il ne faut pas voir Maulnes comme un château recelant accessoirement un message, mais plutôt comme un message au centre même de la conception. François 1er était le roi; il a bâti Chambord, à la mesure des moyens financiers dont il disposait. Antoine de Crussol  n'était « que » duc, il a édifié Maulnes. A noter que le Duc avait 29 ans à la mort de François 1er : les deux hommes se sont certainement connus. Quant on est passionné par l'architecture ésotérique, bâtir un château parfaitement inutile ne pose aucun problème ! 
Elévation et coupe du château de Maulnes.

Voici une coupe nord-sud du bâtiment, par Jan Pieper. Le château est édifié sur une pente, ce qui peut sembler curieux. Ainsi, 2 niveaux (ou étages) sont visibles sur la façade sud mais invisibles au nord.

On pénètre dans l'édifice par une petite entrée, au nord, un passage de très petite dimension. Pourtant, la plus belle façade du château est au sud ; « elle bénéficie, dans le traitement des détails, de finesses plus sophistiquées que les autres ». C'est notamment au sud que se présente la porte monumentale : étrangement cet accès est seulement utile… pour l'eau qui sort du château ! 

Porte sud de Maulnes.

Le hall d'entrée est en fait un bassin qui a donné lieu à d'intéressants commentaires de la spécialiste Monique Chatenet. Il lui semble que « l'appareil alterné et les bossages rustiques des murs de la voûte » identifient cette partie à « une grotte d'où s'écoule l'eau ». En effet, les nobles de la Renaissance se plaisaient à agrémenter leurs riches demeures de grottes, artificiellement créées.

       Paul Barnoud, architecte en chef des Monuments Historiques, fait des remarques judicieuses au sujet de la grande « baie » par laquelle s'écoule l'eau. Cette porte est de forme à peu près carrée, ce qui n'est pas conforme au canon de cette époque. On aurait pu s'attendre à ce que l'ouverture soit plus haute de 50 cm, voire 1 mètre. Barnoud remarque une des portes latérales « surmontée de pierres brutes, arrondies, qui évoquent la ruine… Le maître d'œuvre suggère un édifice antique en cours de dégagement ». C'est-à-dire que le château vu du sud évoque discrètement un monument ancien laissé à l'abandon et recouvert par les sables ! Que nous révélerait donc un dégagement (intellectuel) des parties basses ? 
  
Des détails spécifiques font apparaître le château de Maulnes à la fois, comme une grotte d'où s'écoule une source, et comme une bâtisse en partie enfouie dans le sol. Ce contexte est tout à fait ajusté à l'idée que nous défendons, celle d'un puzzle architectural posé sur la France : Maulnes en serait une pièce. Ce château en partie caché dans la terre appuie le thème d'un trésor éventuellement enfoui dans le sous-sol.
Escalier du château de Maulnes.
Escalier du château de Chambord.
    
A Maulnes comme à Chambord, le noyau de l'escalier ressemble à un puits (qui monte vers le ciel). En jouant sur l’idée d’inversion, que nous avons expliquée ailleurs, on a le symbole de l'accès à une galerie souterraine. En effet, les souterrains des vieux châteaux partaient majoritairement des puits. A Maulnes, le centre de l'escalier surplombe effectivement un puits ! Il est peu profond, certes, mais il suffit à en suggérer l’idée.

Plan du château de Maulnes.

Un peu de géométrie, maintenant. Au 4ème niveau, on a deux pièces carrées et une autre qui est presque un carré long, (c’est-à-dire un double carré). Ces trois salles entretiennent une relation discrète au niveau de l’ « art du trait ».

Le château de Maulnes dérobe sa forme pentagonale aux visiteurs, d'autant plus qu'il était serti au cœur d'une forêt. Imaginons une personne non avertie de l'excentrique plan à 5 côtés. De l'extérieur de l'enceinte, il lui est impossible de voir le château. Le visiteur arrive à pied ou il descend de cheval, peu importe. Une fois entrée dans le jardin, hé bien, il ne remarquera pas la forme non carrée du château, d'abord parce que son œil n'a jamais vu de pentagone de pierre. Ensuite, les tourelles en saillie dans chaque angle faussent la perspective. Admettons que le visiteur doive attendre à l'extérieur, avant d'être reçu par le maître des lieux; il fait les cent pas en sifflotant. Il ne s'apercevra de la forme pentagonale que d'un seul point de vue, tout au fond du jardin !

Le pentagone du château de Maulnes.
(D'après un dessin de l'ouvrage collectif sous la direction de Monique Chatenet et Fabrice Henrion, « Maulnes, archéologie d'un château de la Renaissance ». Editions Picard).

Pourquoi donc le concepteur de Maulnes s'amuse-t-il à ce petit jeu de trompe-l'œil ? Sur le plan du château, dessinons une étoile à 5 branches, à l'intérieur des murs. Cela détermine un petit pentagone central qui coïncide comme par hasard avec trois murs de la cage d'escalier. On trace alors une seconde étoile, à l'intérieur du nouveau pentagone. On voit comment le noyau de l'escalier est inscrit dans le petit pentagone central.



L'architecte (inconnu) était sans doute un grand connaisseur de l'art de la géométrie: les salles déclinent les formes carrés, rectangulaires, pentagonales, triangulaires! Le concepteur n'ignorait certainement pas que le pentagone étoilé, c'est-à-dire l'étoile à 5 branches est un symbole très pur du nombre d'or. Par ses propriétés exceptionnelles, le nombre d'or (ou Phi) est considéré comme le symbole de la magie des mathématiques: Phi=1,618; 1/Phi=0,618; Phi²=2,618. La façon "miraculeuse" dont il surgit des figures géométriques a laissé plus d'un chercheur émerveillé. Cette grandeur incarne la philosophie néo pythagoricienne, pour laquelle le monde fut créé à partir des Nombres, eux-mêmes directement issus de Dieu. Moins d'un siècle avant Maulnes, Léonard de Vinci avait illustré le livre de Luca Pacioli sur la « Divine proportion ». 

Le pentagone et le nombre d'or.

        Comment la forme pentagonale, signe de ralliement des disciples de Pythagore, suggère-t-elle Phi ? Voici un pentagone de côté Phi. Les dimensions 1, Phi² et 1/Phi harmonisent la structure ! A Maulnes, le mystère du pentagone casse la baraque!

Chacun des côtés mesure environ 16m. Il serait intéressant de savoir si ce n’est pas plus proche de 16,18 m, ce nombre étant dix fois le nombre d’Or ? Ce ne serait pas la première fois que nous croiserions cette unité de mesure moderne, bien avant sa mise en place officielle, juste après la Révolution.  

Une gravure ancienne montre un puissant ruisseau qui aurait coulé à partir du château ; il s'agit probablement d'une fiction puisque le cours d'eau n'apparaît pas dans le dessin de Androuet du Cerceau, un architecte contemporain de la construction. En tous cas, cette eau vivifiante qui sort par la baie principale, associée à la structure pentagonale de l’édifice, se conjuguent pour faire de Maulnes un symbole essentiel. Dans la langue de l’ancien français, le mot « fontaine » désignait une « source »; il avait aussi les sens secondaires de « principe, origine ». Maulnes réunit donc le symbole de l’Eau, sans laquelle la vie sur la terre n’existerait pas, et celui du nombre d’or, signature de Dieu sur sa création. Il se réfèrent à la source de la Vie, à l'origine de la création. A cet égard, le centre du château est le puits central de l’escalier, symbole d’une connexion directe entre le ciel et la terre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire