Translate

mercredi 11 juillet 2018

Aux portes du cataclysme ! 1


Résumé succinct des trois pages. A notre époque, les paramètres de notre planète sont à des valeurs inhabituelles, au niveau climatique, magnétique, volcanique et sismique. Il se peut que la terre prépare le changement de son axe de rotation. Voici pourquoi. Le champ magnétique s’affaiblit, ce qui fait que le soleil frappe durement la terre, d’où le réchauffement climatique. Les chemtrails (ou faux nuages) ont pour fonction de freiner le réchauffement. Le gros problème, c’est que la glace du pôle nord fond, ce qui modifie la répartition des masses à la surface de la terre. A un moment donné, celle-ci pourrait basculer pour rester en équilibre. Explications…


En cette année 2017, on sent bien que le cours des choses est perturbé ; la situation s’emballe, sans que personne ne semble la maîtriser. On constatait en 2007 que le nombre de catastrophes naturelles avait augmenté de 60% en dix ans ! [1]

Est-il possible que ces déséquilibres soient les prémisses d’un cataclysme planétaire ?

Le réchauffement

Tous les ans, on nous annonce de nouveaux records de chaleur. Tout le monde peut constater, en toutes saisons, à quel point le soleil « tape », quand les nuages ne bloquent pas ses rayons. Depuis quelques années, la neige, qui faisait la joie de notre enfance, ne tombe plus.

En cette fin du mois de Mai 2017, où sont écrites ces lignes, « la France vit le pont de l’Ascension le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques. Ainsi, depuis jeudi, de nombreux records de chaleur sont battus ». [2]
Le mois de Juillet 2016, selon l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (la NOAA), est le mois de Juillet le plus chaud qu’a connu la planète depuis le début des mesures en 1880… » [3] [4]

Les tempêtes solaires

À notre époque, le comportement du soleil déroute les scientifiques ; notre astre ne produit que la moitié du nombre habituel de taches solaires. Ses pôles magnétiques sont totalement désynchronisés.

Les éruptions solaires ne sont pas sans risque pour la civilisation. Il arrive que le soleil projette à l’extérieur de la masse coronale, qui peut « provoquer des tempêtes géomagnétiques et déranger le champ magnétique terrestre dans son ensemble. » (Wikipédia). Et justement, en 2014, on a enregistré des records d’intensité d’éjection de masse coronale ; la Nasa a prévenu que cela pouvait occasionner sur la terre de sérieuses coupures de courant.

Le trou dans la couche d’ozone

L’ozone est un gaz présent dans l’atmosphère. Il bloque les dangereux rayons ultra-violets, qui proviennent du soleil. Malheureusement, il y a un trou dans la couche d’ozone, au-dessus de l’Antarctique. Cela fait que le tamisage des UV est devenu imparfait. Les rayons ultra-violets les plus nocifs ont tendance à brûler la peau, et provoquer diverses pathologies. Ce trou dans la couche d’ozone est donc un facteur d’accentuation du réchauffement. On note qu’en Septembre 2016 un groupe de chercheurs estimaient que le trou se referme lentement, ce qui est une bonne nouvelle.

Le magnétisme terrestre

Le magnétisme terrestre est un champ d’énergie qui protège la terre des effets nocifs du soleil, ainsi que des rayons cosmiques. Or, en deux siècles, ce champ magnétique s’est affaibli de 10°/°. Des scientifiques se demandent s’il ne va pas inverser sa polarité, comme cela a déjà eu lieu dans le passé. Cet affaiblissement pourrait être dangereux puisque de fortes tempêtes solaires, associées à un champ magnétique affaibli, peuvent mettre en péril la vie sur la terre.

On a observé une instabilité du géomagnétisme. Les pôles magnétiques se déplacent. Le pôle nord, situé dans la région arctique du Canada, se déplace vers la Sibérie, de 55 km par an. En quelques décennies, il a bougé de plusieurs dizaines de kilomètres.

Certains mammifères marins, baleines, dauphins, viennent s’échouer sur les côtes, comme s’ils étaient complètement désorientés. Dans le même registre, il y a quelques années, au moins une cinquantaine d’oiseaux Choucas sont tombés du ciel, en Suède. En Arkansas, on a constaté une pluie de 5 000 oiseaux morts !  Il se peut que ces animaux aient l’habitude de se laisser guider par les champs magnétiques, mais soient trompés par les perturbations actuelles. Ainsi, ils n’arriveraient plus à s’orienter.

Les résonances de Schumann

« Les résonances de Schumann sont un ensemble de pics spectraux dans le domaine d’extrême basse fréquence (3 à 30 Hz) du champ électromagnétique terrestre. » (Wikipédia). La fréquence principale a longtemps été de 7,8 Hz, mais depuis les années 80, elle s’accroit, jusqu’à atteindre 13 Hz en 2014. En 2017, elle est montée jusqu’à 36 Hz ! Ce battement terrestre donnerait le rythme de vie à toutes les créatures qui peuplent la terre, y compris l’humanité. Certains pensent que ces résonances influencent nos cerveaux ; puisqu’elles s’élèvent, elles favoriseraient l’émergence d’un Humain supérieur. Ce changement de fréquence pourrait d’abord être perturbant pour nous, jusqu’à ce que nous soyons parfaitement synchronisés. Les conditions magnétiques changent sur la terre.

Le volcanisme

« Depuis une vingtaine d’années, le nombre de volcans actifs est en augmentation et les éruptions volcaniques sont plus nombreuses. » Alors qu’en 1990 on en comptait 55, il y en a eu 83 en 2013. [5]

Au XXème siècle, en moyenne, il n’y avait « que » 35 éruptions par an. L’année 2015, à la moitié son échéance, avait déjà dépassé cette moyenne ! [6]

Le volcanisme terrestre est donc dans une phase d’hyperactivité, comme s’il reflétait la maturation interne de la planète.

L’activité sismique

De 1980 à 1989, il y a eu en moyenne 108,5 tremblements de terre de magnitude 6 (ou plus) par an.

De 2000 à 2009, cette moyenne est passée à 161 tremblements de terre par an, soit une augmentation de 49%. [7]

En fait, des séismes touchent dorénavant de nouvelles zones : « On constate que de plus en plus de nouvelles zones géographiques, sont sujettes à des secousses sismiques. La plupart d’entre elles n’ont pas, voire très peu d’antécédent… Nombreux sont les professionnels n’ayant pas envisagé une telle émergence de nouvelles zones sismiques, des zones où il ne s’est jamais rien passé ou, depuis tellement longtemps que même la mémoire collective des populations locales ne puisse s’en souvenir. » [8]

Toutes ces statistiques donnent un peu le tournis, mais elles sont importantes pour comprendre que la terre est sortie de sa phase routinière, pour entrer dans un processus de changement. Personne ne sait exactement ce qui va se passer. Les grands médias font l’autruche, mais est-ce vraiment raisonnable ? On passe le message que le réchauffement climatique est le fait de l’activité humaine, de la pollution par le gaz carbonique, libéré notamment par les voitures. Pourtant, des scientifiques font remarquer que l’augmentation de CO² précède le réchauffement, et non l’inverse.

Nous pensons que l’industrie humaine n’est pas le principal facteur des chamboulements climatiques. Il s’agit plutôt d’un mécanisme naturel, qui n’arrive pas par hasard à notre époque. Nous serions à la fin d’une grande année de 26 000 ans, période qui entraîne cycliquement certaines perturbations sur la terre. Notre planète serait en route vers un basculement physique de ses pôles, comme cela est déjà arrivé dans le passé lointain.

La société fonctionne avec des garde-fous, des limites que les différents acteurs ne doivent pas franchir. Ils le savent. Certains sujets sont tabous et non autorisés dans les médias. Le spirituel, le paranormal, les extraterrestres, l’Atlantide, ne sont pas des sujets de bon augure pour la carrière d’une personne diplômée. C’est pourquoi votre serviteur est un électron libre, détaché de toute institution.

Les scientifiques nous affirment que le mécanisme du réchauffement travaille lentement, et que la catastrophe n’est pas pour demain. Peut-on véritablement leur faire confiance ? Ils n’hésiteraient pas à mentir par omission, devant des révélations trop effarantes, pour ne pas affoler les populations.

Pour le GIEC, « la conclusion est très claire : les activités humaines, notamment l’usage des énergies fossiles, a conduit à une hausse exceptionnelle de la concentration des gaz à effet de serre transformant le climat à un rythme jamais vu par le passé. » Cette conclusion est cependant réfutée par d’autres scientifiques qui contestent l’activité humaine en tant que responsable du réchauffement. Le GIEC, présente-t-il volontairement une explication erronée des anomalies climatiques, pour ne pas paniquer le public ? Identiquement, les médias cautionnent les experts du GIEC, et non les dissidents. Il est fort possible que l’on cherche à cacher au public que c’est l’activité du soleil qui perturbe le climat de la terre.






[2] Au milieu de l’année 2015, 40 volcans étaient en éruption simultanément.

[3] Une autre étude nous apprend qu’il y a eu deux fois plus de tremblements de terre dans le premier trimestre 2014, que dans la moyenne depuis 1979 !
En ce qui concerne les tremblements de terre importants, d’une magnitude comprise entre 6 et 8, un coup d’œil sur les statistiques depuis 1900 est instructif. Depuis l’an 2000 environ, il y a au moins 4 fois plus de ces gros séismes !

[4] Site internet « Les Moutons enragés », page « Les aléas sismiques ont tendance à augmenter en Europe », 2013.


[6] Site : la Chaîne Météo.


[8] Selon le blog de Ben Garneau, « Nibiru, catastrophes naturelles et déplacement des pôles », le noyau au centre de la terre aurait brusquement accéléré sa rotation. Les frottements occasionnés génèrent de la chaleur, ce qui pourrait être une cause du réchauffement global. Le fond des océans est plus chaud.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire